Les yeux dans le miroir

Noirs et ronds,

Deux fruits doux,

Trop mûrs,

Ses yeux,

Mûrs pour la larme,

Fixes et secs.

On ne pleure pas,

Avec ces yeux là,

On sait.

Et noirs et ronds,

Et doux et secs,

Images de miroir,

Ses yeux scrutent mes yeux.

 

Trop mûrs, les fruits doux et ronds,

Pour l’arbre enfant aux feuilles rousses.

Trop chaud, le regard de six ans,

Trop intense, la passion qui les ronge,

Celle qui coule et creuse son visage

Mieux que le nombre des années.

Pas un sourcillement,

Pas une brise dans les cils,

Pas une goutte d’eau,

Au pays de la passion qui brûle.

Il attend.

 

Il guette son nouveau visage.

Les feuilles rousses et longues,

Ses longs cheveux de fille,

Beaux comme l’automne,

Et doux comme l’enfance,

S’en viennent gémir à ses pieds,

Tranchés par les ciseaux

Qui coupent, claquent et croquent,

Une parcelle d’enfant tendre,

Aveugles, les ciseaux,

Aveugle la main et aveugle le cœur

De ce coiffeur voleur d’enfance.

 

C’est le temps des hommes,

Petit inconnu,

Le temps du « comme les autres ».

Et noirs et ronds,

Fruits de passion,

Trop doux, trop tendres,

Les yeux  me sourient

Et disent :

Ils auront beau couper, trancher, croquer,

Tant de parcelles d’enfant tendre,

Ils auront beau nous modifier, nous modeler,

Nous faire leur ressembler,

Ils ne pourront jamais ciseler nos cœurs,

Ils ne pourront modeler nos âmes,

Ils ne  nous auront pas,

Nous,

Les pas comme les autres.

© Charlie B. Borgo

Illustration : © Charlie B. Borgo

 

Publicités

Une réflexion sur « Les yeux dans le miroir »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s